Dans la fosse aux coatis (06/04/2011 - Foz do Iguaçu)

par Asuka  -  6 Avril 2011, 15:30  -  #Carnet de route

L'aventure brésilienne (06/04)

 

    Depuis Ciudad del Este où nous avons choisi de dormir, nous marchons vers la frontière brésilienne. Il n'existe aucune formalité. Seuls quelques douaniers se tournant les pouces nous rappellent que nous changeons de pays. Pourtant, le trafic est saturé tant les échanges commerciaux sont importants. Inutile de se demander par où passe la drogue...

 

    Nous, nous réclamons notre tampon de sortie paraguayen dans un bureau vaste et désert. Puis nous traversons le pont de l'Amitié qui offre une jolie vue sur les gigantesques villes de Ciudad del Este et de Foz do Iguaçu.

 

    Côté Brésil, de nouveau, nous allons mendier, seuls, notre tampon d’entrée. Il fait chaud et le dédale des rues interminables est sans aucune indication. Nous sommes perdus. Heureusement, les locaux parlent espagnol et nous parvenons enfin, assoiffés, au terminal. De là, il est aisé de monter dans un bus pour les « Cataratas ». En trois quarts d'heure, nous zigzaguons depuis le centre dynamique jusqu'aux hôtels de luxe côtoyant la réserve naturelle. Nul doute, nous sommes dans un autre monde, bien plus riche.

 

SANY4890

 

DSCF0644

« Nous, nous avons la vue ! » disent les Brésiliens

 

    Une fois aux chutes d'Iguaçu, nous entrons dans un parc d'attraction : tout est cher, tout est propre, tout est cadré. Seuls les coatis, incontrôlables, se baladent librement en famille sur les allées. Impossible de s'isoler dans la densité tropicale ambiante, nous sommes au milieu d'une forêt de visiteurs en short. Mais nous savions dans quoi nous nous engagions et la magnificence du lieu en vaut vraiment la peine. Ainsi, n'importe quel troupeau de touristes disparaît presque face à la puissance des chutes d'eau. Le système de passerelles surplombant les flots permet de profiter au maximum du spectacle aquatique. Entre douche fraîche (apportez vos sacs plastiques pour protéger vos affaires !) et panoramas grandioses, on ne s'ennuie pas sur un parcours de plus de trois heures. Face à nous, des cascades violentes nourrissant une nature encore vierge se succèdent. C'est un affaissement de terrain de plus de quatre-vingt-dix mètres, suite à un mouvement de plaques tectoniques, qui a donné naissance à ce demi-cercle extraordinaire de bleu et de vert, s'affichant sans complexe sous nos yeux incrédules.

 

SANY4802

 

SANY4832

 

SANY4849


Le monde perdu (d’Arthur Conan Doyle)

 

    Les oiseaux et les insectes exotiques volent, libres, parcourant la forêt luxuriante. Les eaux, quant à elles, déploient toute leur puissance à dominer les éléments. Empereur des lieux, le fleuve Iguaçu a su répartir son armée de cascades de façon harmonieuse. La végétation folle mais soumise n'en est que plus belle. Impossible de se lasser ou de rester insensible. Nous choisissons en toute modestie de pique-niquer dans ce paradis, encerclés par de jolis papillons multicolores. Tout en continuant de nous émerveiller, nous étalons notre thon en boîte sur des crackers. A peine le dessert en bouche, voilà qu'un adorable coati se rapproche. Je range alors précipitamment la nourriture mais il sera plus rapide et d'un coup de griffe habile et déterminé, il subtilise le sac en plastique posé sur mes cuisses. En plus de l'effet de surprise, l'effet « coup de griffe sur la cuisse » n'est pas très agréable. Il part se réfugier dans les méandres tropicaux mais en perdant quasiment tout le contenu du sachet en chemin... Hormis des sachets de thé et un bonbon, le « méchant » coati ne fera que polluer un peu plus son habitat. Ce sera donc en désinfectant trois plaies bien parallèles sur ma cuisse gauche que nous abandonnerons l'enchantement de cette nature toute puissante !

 

SANY4809Asuka en grande discussion avec deux coatis... calmes pour l'instant !

 

SANY4880

 

SANY4858

Et trois pays en une journée !

 

    Depuis l'entrée du parc, un bus municipal nous transporte jusqu'à une autre station permettant d'arrêter un autre bus municipal en direction de la frontière argentine. Une fois de plus, il n'existe aucune formalité douanière, à tel point que le bus n'attend pas les étrangers qui choisissent de faire tamponner leur passeport... Nous attendons donc un troisième bus municipal (youpi !). Il nous faudra près de deux heures pour parcourir les quelques kilomètres séparant l'entrée du parc à Foz do Iguaçu du terminal de bus de Puerto Iguazú. Après tant d'émotions, au dîner nous nous faisons plaisir avec deux délicieuses grandes pizzas et deux cocktails exotiques. Demain, je sais déjà que la majestueuse nature ne cessera de nous surprendre.

 

 

Puerto Iguazú, le 06/04/2011

Asuka


SANY4899Cocktails et pizzas au menu du festin à Puerto Iguazú !!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Clotilde 26/06/2011 00:10



WAOOOOOOOOOOOOOOOOOOW Un coup de griffure de coati !!!


J'espère que t'auras encore la marque à ton retour, que je puisse admirer ! hihihi


(ps : je me suis retenue de dire à un médecin de bien se soigner... pour éviter le sacrilège ;)



GUITTARD 19/06/2011 10:08



Merci de toujours nous faire partager votre merveilleuse aventure;


Vous ramenez un coati à Paris ! (ce gros chat est adorable)


Bise


Michel et Eliane



Guéno 24/06/2011 04:18



Adorable... mais il garde son instinct sauvage :) Il sera donc mieux dans la nature !!